En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Espace écodélégués

Ça chauffe dans les Bauges

Par MYRIAM AMET, publié le mercredi 29 mai 2019 23:19 - Mis à jour le dimanche 2 juin 2019 19:41
photo 3.jpg
Le séjour itinérant sur le thème du réchauffement climatique a eu lieu du 27 au 29 mai 2019.

v

Grâce à un financement du Parc Naturel Régional des Bauges et de l’association POW, les écodélégués accompagnés d’élèves d’une classe de 1S sont partis en itinérance dans le Parc Naturel des Bauges pour approfondir  la complexité des enjeux liés au réchauffement climatique, thème qui était le fil conducteur de l’année 2018-2019. Les jeunes ont eux mêmes construit le contenu de leur séjour en partenariat avec Sylvain Morillon de Mountain Riders et les référents EDD du lycée. Partis d’école en Bauges pour rejoindre Aillon-le-Jeune en randonnée itinérante, ils ont pris grand soin de Cuzco et Chocolat  les  2 ânes qui les accompagnaient.

Les aspects économiques, sociaux, environnementaux du réchauffement climatique ont été évoqués au travers de témoignages d’acteurs locaux. Ainsi,

Claudine monitrice de ski a  pu évoquer les problèmes posés par le changement climatique sur la station de ski d’Aillon.

 

 Daniel Pascalini (président de l’AAPPMA Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de l’Albanais et du Haut Chéran ) est intervenu sur les effets du réchauffement climatique sur les milieux aquatiques et notamment sur le Chéran . Enfin, Alexis Brussol ancien écodélégué au lycée  et actuellement étudiant en BTSA Gestion forestière à l’ISETA a partagé avec beaucoup de professionnalisme sa passion pour la nature et ses connaissances sur le milieu forestier lui aussi impacté par la hausse des températures.

Le séjour a aussi été l’occasion pour les jeunes de partager leurs émotions sur ce sujet : frustration, tristesse, impuissance, inquiétude sont les mots le plus souvent évoqués.

Une réflexion personnelle et partagée a permis aussi de montrer comment chacun d’entre eux était  déjà engagé vers des modes de vie à faible teneur en carbone ainsi que la nécessité de passer de l’individuel au collectif, le changement climatique étant l’affaire de tous.